Sélectionner une page

Thierry Logre, grand passionné de chevaux de course, nous présente aujourd’hui les fondements de la course de trot attelé. Dans ce sport hippique, qui compte de fervents adeptes, les chevaux tirent un sulky, conduit par un driver. Ne paniquez pas, nous allons découvrir tout ce qui touche à la course de trot attelé, de ses enjeux à ses règles, en passant par la terminologie qui se rapporte à elle ! 

Les bases du trot attelé

Dans une course de trot attelé, le driver (c’est-à-dire celui qui mène le cheval, que l’on peut considérer comme l’équivalent d’un jockey lors des courses de trot monté) est installé dans un sulky (une sorte de voiture légère à deux roues), qui est tracté par le cheval. Ce dernier doit rester au trot, en veillant à ne jamais passer au galop au risque d’être disqualifié. L’objectif est bien-sûr d’arriver en premier à franchir la ligne d’arrivée.

C’est toute la particularité de la course de trot attelé, au cours de laquelle le cheval doit lutter contre sa nature profonde, à savoir passer au galop afin de prendre de la vitesse. Il doit en effet rester au trot tout au long de la course, ce qui demande en amont un entraînement particulièrement régulier et intense. Les techniques d’apprentissage permettent également d’habituer le cheval au contact du sulky. Pour ce faire, un attelage plus lourd (que l’on appelle « la dresseuse ») est généralement utilisé pendant les entraînements afin de le préparer à cette sensation. Le cheval est alors fin prêt pour une course de trot attelé.

La course de trot attelé en pratique

Le jour de la course, le cheval, le driver, et le sulky sont placés pour le départ. Il faut savoir que ce départ peut être effectué de deux manières :

  • L’autostart : une voiture est équipée de barrières mobiles où sont notés les numéros des chevaux. Ces derniers doivent être placés comme indiqué, puis la voiture avance à vitesse réduite jusqu’à ce que tous les coureurs soient en place. Une fois prête, la voiture accélère de sorte à les libérer, la course peut commencer ;
  • Le départ volté : dans ce départ, les coureurs n’ont pas de place attribuée au préalable. Ils partent de manière perpendiculaire à la piste, un quart de tour est alors effectué, un compte à rebours est lancé par les commissaires, à l’aide d’un faisceau laser ou d’un élastique. Les chevaux peuvent s’élancer et ont alors 7 secondes pour le franchir, la course peut commencer ! 

Mais attention aux faux départs qui entraîne une amende pour le driver et reprise du départ.. 

On retrouve des épreuves de trot attelé prestigieuses, de groupe I, comme avec le Prix d’Amérique ou le prix de France. Il existe également des courses de groupe II et III puis de niveaux décroissants: courses A, B, C….jusqu’au courses H qui peuvent se tenir sur de petits hippodrome de province, souvent sur l’herbe.